Revue de presse

Revue de presse


Janvier 2020

« Ce qui nous rassemble et fait notre force »

La réception des vœux de la communauté de communes de la vallée de la Doller et du Soultzbach s’est déroulée vendredi 17 janvier au Cosec intercommunal de Masevaux devant un parterre d’invités et élus.

Secondé par la directrice de la communauté de communes de la vallée de la Doller et du Soultzbach, Delphine Pernot, le président Laurent Lech a accueilli à la traditionnelle cérémonie des vœux, les invités officiels. Parmi eux figuraient les maires et conseillers communautaires du territoire, les sénateurs Catherine Troendlé et René Danesi, le député Raphaël Schellenberger et les conseillers départementaux Rémy With et Fabienne Orlandi.

Concertation, confiance et cohésion
« Je sacrifie avec plaisir à la tradition pour vous souhaiter une très belle année 2020, a déclaré Laurent Lerch entouré des vice-présidents. Cette cérémonie est particulière cette année, aussi mon propos se limitera au bilan des dossiers de l’année 2019 mais aussi, de manière plus transversale, à ce qui nous rassemble et qui fait notre force… »

Il a ainsi énuméré la concrétisation des engagements majeurs comme la gendarmerie de Burnhaupt-le-Haut, le périscolaire de Burnhaupt-le-Bas, le PLUi (plan local d’urbanisme intercommunal), les équipements sportifs et les réalisations économiques : renforcement électrique et déploiement de la fibre optique dans la ZI de la Doller, des ventes de terrains et la préparation de nouvelles zones. Il a rappelé deux réflexions d’envergure lancées fin 2019 : la mobilité qui s’inscrit dans une logique environnementale (acquisition de véhicules électriques et plan climat), et le déploiement général de la fibre optique.

« Nous ne pouvons pas faire aboutir ce type de dossier sans une forte concertation qui n’est possible qu’à travers la confiance et la cohésion de tous… Notre collectivité va donc connaître une phase de “respiration démocratique” en ce début d’année, et je tenais simplement à souligner l’importance de l’engagement d’élus, pas toujours facile mais tellement passionnant ! », a-t-il conclu.

Fabienne Orlandi a lancé un message de confiance et d’espoir et le souhait de continuer à travailler ensemble. Elle a rappelé que 2019 a été une année charnière pour la région qui a vu la renaissance officielle de l’Alsace grâce à la création de la Collectivité européenne d’Alsace, dans laquelle le Département tient à s’impliquer.

Enfin, invité à s’exprimer au nom des parlementaires présents, Raphaël Schellenberger a adressé ses félicitations aux élus communautaires qui agissent au service de la population. Il a souligné les contraintes et les difficultés grandissantes imposées par des réformes pas toujours cohérentes entre le législateur et l’État, avec lesquelles les élus locaux doivent gérer un territoire. Pour eux il a émis des vœux d’engagement et de courage.

Article des DNA paru le 22 janvier 2020.


Janvier 2020

Pierre Bihl couvert de médailles pour la dernière

La cérémonie des vœux présidée par le maire Pierre Bihl, s’est déroulée mercredi 15 janvier en présence de plus de 400 personnes.

Si l’assistance était si nombreuse c’est que le moment était exceptionnel. En effet, après cinq mandats, deux de conseiller municipal et trois de maire, Pierre Bihl a souhaité raccrocher les gants pour les élections municipales et se consacrer pleinement à son mandat de vice-président du conseil départemental.

Le bilan de toutes ses années de maire, présenté lors de la soirée, est réellement impressionnant pour ce qui concerne le travail accompli.

Que ce soit dans la voirie, les bâtiments, l’environnement, le fleurissement et bien d’autres domaines, en vingt ans, les chantiers se sont succédé et ont permis le développement du village, ajoutant encore à son charme et son attractivité.

En sus de la population venue en force, de nombreux officiels ont fait le déplacement et Pierre Bihl s’est vu remettre plusieurs décorations et distinctions.

Tout d’abord la médaille de l’Assemblée nationale remise par le député Jacques Cattin, puis la médaille du Sénat remise par la sénatrice Catherine Troendlé et enfin la médaille d’honneur régionale, départementale et communale en vermeil pour 30 ans d’engagement, remise par la présidente du conseil départemental, Brigitte Klinkert.

Dans chaque discours, les éloges ont fusé nombreux sur les qualités du premier magistrat : écoute, disponibilité, capacité de travail impressionnante, porteur enthousiaste de projets.

Lors de la réception, d’autres citoyens ont été mis à l’honneur : Léa Kellerchnecht s’est vu remettre la médaille de la famille, Armand Peter, Bob Fleck et Marie-Odile Kubiszyn, la médaille de la ville pour leur implication dans l’animation et le développement du musée des sorcières, Jean-Pierre Haag, la médaille d’honneur pour 30 ans d’engagement au conseil municipal, et enfin Béatrice Morfoisse, animatrice du Point I et François Muller, responsable des services techniques, à l’occasion de leur départ à la retraite.

Article des DNA publié le 20 janvier 2020


Janvier 2020

Dominique Bohly et Jean-Marc Deichtmann médaillés

En fin de cérémonie, le maire de Huningue a remis à Dominique Bohly, l’un de ses adjoints, la médaille de vermeil pour ses 30 ans de présence au sein du conseil municipal. Entré au conseil en mars 1989, Dominique Bohly avait obtenu un poste d’adjoint dès son premier mandat, poste qu’il a conservé jusqu’au mandat en cours. Adjoint délégué aux affaires techniques, à l’urbanisme et à l’environnement, il est également membre de la commission technique, de la commission communale des impôts et représentant à l’ADAUHR (Agence départementale d’aménagement et d’urbanisme du Haut-Rhin).

Article des DNA publié le 16 janvier 2020
Jean-Marc Deichtmann a, à son tour, été épinglé de la médaille communale, départementale et régionale de vermeil, par la sénatrice Catherine Troendlé, étant lui aussi entré au conseil municipal de Huningue en mars 1989, avant d’être nommé adjoint délégué aux finances de 1995 à 2008, puis maire depuis 2008. Année lors de laquelle il est aussi devenu vice-président de la Communauté de communes des Trois frontières, puis de Saint-Louis agglomération depuis 2014. Catherine Troendlé a également rappelé que le maire de Huningue avait été président de l’Eurodistrict trinational de Bâle (ETB) de 2015 à 2017 et qu’il en est actuellement le vice-président. Mettant en évidence le fait que Jean-Marc Deichtmann a « le transfrontalier chevillé au cœur et au corps », la vice-présidente du Sénat a conclu en le définissant comme « un homme positif, qui aime aller de l’avant ».


Janvier 2020

Brinckheim | Vœux Philippe Ginder entend poursuivre son action

Au programme de la cérémonie des vœux de la municipalité : des éclairages sur les finances, l’environnement, les travaux réalisés et des projets intercommunaux. Le maire a également évoqué les prochaines élections municipales.

Philippe Ginder a annoncé être candidat à un troisième mandat de premier magistrat. Photo L’Alsace /P.-B.M.
Le maire de Brinckheim, Philippe Ginder, a adressé mercredi ses vœux aux habitants avec la participation des pompiers, choristes et donneurs de sang. La cérémonie s’est déroulée notamment en présence de la sénatrice Catherine Troendlé et des conseilleurs départementaux Bernadette Groff et Daniel Adrian.

La disparition progressive de la taxe d’habitation reste une inquiétude majeure pour toutes les municipalités, faire des économies est le mot d’ordre de toutes les collectivités… « Mais à Brinckheim nous ne pouvons pas dire que nous dépensons de l’argent public dans des projets inutiles […], déclare le maire. À ceux qui associent projets à dépenses, je répondrai qu’en cette période de fragilité, nous n’avons pas le droit de compromettre le vivre-ensemble. De la même manière que nous n’avons pas le droit de diminuer la qualité des services que nous vous proposons. Alors nous devons être ingénieux et vigilants. »

Fibre optique et pistes cyclables

Philippe Ginder a fait un bilan : « En 2019, la commune a poursuivi son chemin sur les sujets essentiels tels que l’environnement : dans chacun de ses projets, elle fait ses choix pour la préservation de la planète. Ainsi, l’année écoulée a vu, avec l’aide de Saint-Louis agglomération (SLA), le remplacement de fenêtres plus très étanches et peu isolantes et celui de l’éclairage public très énergivore par des leds. »

Par ailleurs, la commune a fait des travaux d’entretien sur le réseau d’eau potable et entretenu celui dédié à la défense contre l’incendie. Un nouveau camion de secours est en service depuis quelques semaines afin de garantir un maximum de sécurité et d’aide à la population en cas de sinistre.

Le PLU a été finalisé. Une grosse partie de l’enfouissement d’une ligne haute tension qui traverse le village en aérien est en passe d’être réalisée, avec le concours financier du Syndicat d’électricité du Haut-Rhin. L’armoire technique destinée à accueillir la fibre optique a été mise en place, préalable au déploiement du réseau de fibre à l’échelle de l’agglomération. La Région Grand Est fait partie des cofinanceurs de cette opération.

Lors du dernier conseil communautaire de l’année 2019, le calendrier prévisionnel du déploiement des pistes cyclables sur l’ensemble de SLA a été approuvé : la vallée du Mühlgraben et ses premières jonctions sont inscrites dans le schéma directeur des liaisons cyclables intercommunales. En 2020-2021, l’heure sera au lancement du tronçon Bartenheim-Brinckheim.

« Progresser »

Derrière tous ces dossiers, tous ces travaux « se trouve toute une équipe municipale très motivée, engagée au quotidien à faire évoluer la commune dans le sens du bien-être et du bien vivre. Ma seule passion, ma seule ambition, [c’est] faire progresser la commune ». Aussi, Philippe Ginder sollicitera pour la troisième fois les suffrages de ses administrés lors des élections municipales de mars.

Article du journal L'Alsace paru le 14 janvier 2020.


Décembre 2019

Quels sont les 40 sénateurs qui ont le plus travaillé en 2019 ?

Pour la deuxième année consécutive, le site Méchant Réac ! ® présente son classement exclusif des sénateurs 2019.

Quels sont les 40 sénateurs qui se sont illustrés en 2019 dans les classements du site Méchant Réac ® ?

Dans l’ordre alphabétique du prénom, les sénateurs suivants ont été nommés dans un ou plusieurs classements : Alain Milon, sénateur Les Républicains du Vaucluse ; Albéric de Montgolfier, sénateur Les Républicains d’Eure-et-Loir ; André Gattolin, sénateur LREM des Hauts-de-Seine ; Angèle Préville, sénatrice Part Socialiste du Lot ; Anne-Catherine Loisier, sénatrice UDRL du Côte-d’Or ; Annick Billon, sénatrice UDRL de Vendée ; Antoine Lefèvre, sénateur Les Républicains de l’Aisne ; Catherine Deroche, sénatrice Les Républicains de Maine-et-Loire ; Catherine Di Folco, sénatrice Les Républicains du Rhône ; Catherine Morin-Desailly, sénatrice UDRL de Seine-Maritime ; Catherine Troendle, sénatrice Les Républicains du Haut-Rhin ; Christine Lavarde, sénatrice Les Républicains des Hauts-de-Seine ; Corinne Imbert, sénatrice non rattachée de Charente-Maritime ; David Assouline, sénateur Parti Socialiste de Paris ; Didier Mandelli, sénateur Les Républicains de Vendée ; Elisabeth Lamure, sénatrice Les Républicains du Rhône ; Franck Montaugé, sénateur Parti Socialiste du Gers ; Gérard Longuet, sénateur Les Républicains de la Meuse ; Guillaume Gontard, sénateur Europe écologie Les Verts de l’Isère ; Hélène Conway-Mouret, sénatrice Parti Socialiste des Français établis hors de France ; Hervé Maurey, sénateur UDRL de l’Eure ; Jacky Deromedi, sénatrice Les Républicains des Français établis hors de France ; Jean Bizet, sénateur Les Républicains de La Manche ; Jean-François Husson, sénateur Les Républicains de Meurthe-et-Moselle ; Jean-Louis Masson, sénateur Debout la France de Moselle ; Jean-Marc Gabouty, sénateur UDRL de Haute-Vienne ; Jean-Pierre Sueur, sénateur Parti Socialiste du Loiret ; Laurent Lafon, sénateur UDRL du Val-de-Marne ; Marie Mercier, sénatrice Les Républicains de Saône-et-Loire ; Michel Canevet, sénateur MoDem du Finistère ; Muriel Jourda, sénatrice Les Républicains du Morbihan ; Philippe Bas, sénateur Les Républicains de la Manche ; Philippe Bonnecarrere, sénateur LREM du Tarn ; Philippe Dallier, sénateur Les Républicains de Seine-Saint-Denis ; Pierre Ouzoulias, sénateur Parti Communiste des Hauts-de-Seine ; Roger Karoutchi, sénateur Les Républicains des Hauts-de-Seine ; Sophie Primas, sénatrice Les Républicains des Yvelines ; Thani Mohamed Soilihi, sénateur LREM de Mayotte ; Vincent Delahaye, sénateur UDRL de l’Essonne ; Vincent Eblé, sénateur Parti Socialiste de Seine-et-Marne.

Les lecteurs de Méchant Réac ! ® et les électeurs (directs et indirects) de ces 40 parlementaires les remercient pour leur investissement personnel…

Classement Général : « les 18 sénateurs qui travaillent le plus ».
18 sénateurs obtiennent plus de 25 des 60 points disponibles sur ce classement.

1er Philippe Bas, sénateur Les Républicains de la Manche obtient une note moyenne de 34/60.
2ème Albéric de Montgolfier, sénateur Les Républicains d’Eure-et-Loir obtient une note moyenne de 32/60.
3ème Alain Milon, sénateur Les Républicains du Vaucluse obtient une note moyenne de 30/60.
4ème Daniel Gremillet, sénateur Les Républicains des Vosges obtient une note moyenne de 30/60
5ème Didier Mandelli, sénateur Les Républicains de Vendée obtient une note moyenne de 29/60.
6ème Catherine Troendle, sénatrice Les Républicains du Haut-Rhin obtient une note moyenne de 28/60.

Classement Participation : « les 11 sénateurs les plus impliqués » (note > 5/20)
Le sénateur idéal serait intervenu 1057 fois en commission et 2100 fois en hémicycle.

1er Philippe Bas, sénateur Les Républicains de la Manche : 1057 interventions en commission et 199 interventions en hémicycle.
2ème Catherine Troendle, sénatrice Les Républicains du Haut-Rhin : 140 interventions en commission et 1923 interventions en hémicycle.
3ème Vincent Delahaye, sénateur UDRL de l’Essonne : 23 interventions en commission et 2100 interventions en hémicycle.


Article du journal AgoraVox publié le 27 décembre 2019.


Décembre 2019

Ce que propose le Sénat pour enrayer la violence quotidienne contre les pompiers La Haute Assemblée étudiera ce mercredi un plan élaboré par trois sénateurs pour lutter contre les agressions

La Haute Assemblée étudiera ce mercredi un plan élaboré par trois sénateurs pour lutter contre les agressions.

« Quoi de plus insoutenable que de voir agressées des personnes qui , par profession ou à titre bénévole , ont dédié leur vie à préserver celle des autres? » Cette interrogation sera au cœur de la présentation, ce mercredi , devant la commission des lois du Sénat , présidéepar Philippe Bas , d ' un rapport contenant 18 propositions pour endiguer la violence contre les pompiers ( ils sont 248 000 en France) . Le constat dressé par les sénateurs Loïc Hervé ( centriste , Haute-Savoie) , Patrick Kanner ( socialiste , Nord) et Catherine Troendlé ( Les Républicains , HautRhin) est accablant . L ' Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) , dont la mission sénatoriale dénonce la prochaine « disparition» , avait pointé une hausse des agressions contre les pompiers de 213 en dix ans ( de 899 à 2813 victimes entre2008 et 2017) . Les chiffres transmis par la Sécurité civile « relatifs aux cinq premiers mois de l ' année 2019 , confirment cette augmentation tendancielle puisqu' ils sont supérieurs de 50 %% à ceux relevés sur la même période au cours de l ' année 2018» , révèle le Sénat. La nature même des actes a changé . La mission déplore des « violences de plus en plus brutales» , de « véritables guet-apens» . Elle n' hésite pas non plus à le dire : « La Sécurité civile est au fil des années devenue le palliatif universel au recul des différents services publics . » Peu à peu , les pompiers sont ainsi détournés de leurs missions traditionnelles ( incendies , feux de forêts) , au profit du secours d ' urgence . Ce que Grégory Allione , président de la Fédération nationale de sapeurs-pompiers de France , étaye avec ses chiffres : «En 1998 , nous avons effectué3 ,5 millions d ' interventions , dont 50 %% au titre du secours d ' urgence aux personnes . En 2018 , nous avons atteint 4 ,6 millions d ' interventions et ce taux est passé à 84 Conclusion sans appel : « La mutation de la mission des sapeurs-pompiers induit une sursol licitation de leurs moyens mais est également le principal vecteur de l ' insécurité dont ils sont victimes » , estiment les trois sénateurs . Voici ce qu' ils proposent : Mieux appréhender les cas psychiatriques Les pompiers sont de plus en plus souvent confrontés à des fous. « Le secours d ' urgence aux personnes les conduit à aller au contact de personnes en état de détresse psychologique ou souffrant de pathologies psychiatriques , souvent dangereuses pour les autres et pour elles-mêmes. Or , les sapeurs-pompiers ne disposent d ' aucun fichier leur permettant d' identifier ces personnes en amont d ' une intervention afin de prendre toute précaution utile», alerte la mission . Selon ses rapporteurs , « ce facteur de risque est amplifié par le recul de la prise en charge des malades atteints de pathologies psychiatriques qui ne sont pas traités ou refusent de se voir administrer leur traitement» . Et de citer le cas du sapeur-pompier Geoffroy Henry , poignardé le 4 septembre 2018 par un homme atteint de schizophrénie à qui il était venu porter secours . Ils préconisent donc une meilleure information des intervenants , « sans porter atteinte au secret médical » , assurent-ils . Ils réclament aussi une meilleure coordination avec les forces de l ' ordre , qui n' accompagneraient pas toujours comme il faut les pompiers . Les préfets sont invités à mieux veiller au respect des « protocoles» d ' intervention. Dédier un membre de l ' équipe à la sécurisation Pour les trois sénateurs , il faudrait « un nombre minimum de pompiers embarqués dans un véhicule de secours à victime (VSAV) . Cette configuration permet notamment de dédier un sapeur-pompier à la gestion de l ' environnement et des menaces» . l ' échelle de chaque service départemental d ' incendie et de secours (SDIS) , « un référent sécurité» devrait , selon eux , être institué pour centraliser les informations liées aux difficultés rencontrées. Financer un matériel de protection plus adapté Les rapporteurs militent pour « une adaptation des équipements au nouveau contexte d ' intervention» . En clair : des pare-brise et des vitres qui résistent aux « caillassages» sur les véhicules , mais aussi des gilets qui protègent des attaques au couteau . Selon eux , l ' État devait abonder un fonds de soutien aux investissements structurants des unités dans les départements , mais en quatre ans , il se serait soustrait à 60 millions d ' euros attendus dans les SDIS . « Je vous laisse compter combien de pare-brise feuilletés , de caméras piétons et de gilets pare-lames on achète avec 60 millions d ' euros ! » , déclare Catherine Troendlé , qui a déjà interpellé Christophe Castaner sur le sujet .En vain. Un numéro unique pour se recentrer sur les missions prioritaires Le président Macron s' était personnellement prononcé en 2017 pour la mise en place de plateformes uniques de réception des appels d' urgence . Deux ans plus tard , le constat est amer : quoi bon regrouper des services au sein d ' une même structure afin d ' assurer la coordination de leurs actions , si aucune règle claire ne permet d ' identifier qui doit agir? » , interrogent les rapporteurs . C' est toute la difficulté de savoir qui du 15 (SAMU) ou du 18 (pompiers) doit se déplacer .Pour l ' heure , les pompiers s' estiment appelés trop souvent pour des interventions qui ne relèvent pas , selon eux , de leurs missions prioritaires . Pour le sénateur Hervé , « cette coordination passe par la création de centres d ' appels communs aux SAMU et aux SDIS . Ces centres sont aujourd'hui trop peu nombreux» . la saisine de la justice Pour le sénateur Kanner , trop de sapeurs-pompiers victimes d' agression hésitent à porter plainte « par peur de représailles» . Ils sont plus d ' un tiers à renoncer à donner des suites à leur agression , dit l 'élu . Patrick Kanner avait déposé une proposition de loi tendant à favoriser l ' anonymisation du dépôt de plainte. Examinée en mars 2019 , elle a dû être réécrite afin de faciliter l ' anonymat , non plus des sapeurs-pompiers eux-mêmes , mais des témoins d ' agressions de sapeurs-pompiers. Enrayer la crise des vocations « ' augmentation du nombre ou de la gravité des violences semble avoir un impact évident sur la vocation de sapeurs-pompiers puisqu'elle fait parfois reculer ceux ou celles souhaitant devenir sapeurs-pompiers volontaires ou professionnels» , estiment les rapporteurs. Un pompier constate les dégâts après le caillassage d’un véhicule de sa brigade lors d ' une intervention dans le quartier du Mirai' , à Toulouse. Les volontaires représentent , pour l ' heure , 79 %% des effectifs . Pour la sénatrice Troendlé , sensibiliser l ' opinion contre ces violences , comme l ' a prévu le gouvernement , est nécessaire , mais « en adoptant le ton juste , sans décourager les vocations» . Une gageure . L' augmentation du nombre ou de la gravité des violences semble avoir un impact évident sur la vocation de sapeurs pompiers puisqu' elle fait parfois reculer ceux ou celles souhaitant devenir sapeurs pompiers volontaires ou professionnels - Les Rapporteurs

Article publié dans le journal Le Figaro le 11 décembre 2019.